La Fête du 15 Août : le Pain Bénit

Jusqu'à la guerre de 1914-1918, du pain bénit était distribué à la messe chaque dimanche. Cette coutume, que l'on retrouve en France dès le VIIIème siècle, au temps de Charlemagne, s'introduit peu après en Maurienne. A tour de rôle, chaque famille apportait à l'église, le dimanche matin, un pain de seigle, remplacé plus tard par une ou deux miches de pain blanc. Déposé dans une serviette sur la table de communion, le pain était bénit par le prêtre, puis partagé après le sermon.

Le Pain Béni le 15 août à Bramans

A certaines solennités, notamment lorsque des corps de métiers célébraient leur fête annuelle, le pain gagnait en quantité et en qualité.

Mais c'est surtout le 15 Août, à l'occasion de la fête patronale de la paroisse dédiée à l'Assomption de la Sainte Vierge, que le pain revêtait une importance particulière.

Ce n'étaient plus une ou deux miches mais de larges couronnes superposées et de nombreux petits pains ronds appelés "micons", le tout soutenu par un échafaudage en bois formant une tour pyramidale surmontée d'une croix en pain, garnie de rubans et de fleurs du pays.

Cette tradition du pain bénit perdure encore de nos jours à Bramans chaque 15 Août. Ce jour là, un groupement de Bramans ou du hameau du Verney se charge de la confection de ce pain bénit et de sa décoration, demandant un long travail à l'équipe qui s'en est chargée.

La fête patronale du 15 Août

La fête patronale du 15 Août commence, dès le matin 7h, par le réveil au clairon du village, par des membres de la clique des Sapeurs pompiers.

Vient ensuite la revue par le Maire de la compagnie des Sapeurs pompiers. Selon que le groupe organisateur du pain béni appartient au "Chef-lieu" ou au Verney, cette revue a lieu au Verney ou sur la place de la Mairie de Bramans.

Un cortège s'organise ensuite et part de Bramans ou du Verney, selon l'origine du groupe organisateur. La clique, les sapeurs en tenue Empire et les pompiers ouvrent la marche.

L'arrivée du Pain à l'église

Viennent ensuite le groupe porteur du futur pain bénit puis la population qui parcourent le chemin qui mène à l'église où le pain sera bénit lors d'une grande messe solennelle.

A la fin de la messe, le pain est partagé par l'assemblée, puis le cortège fait le tour du village.

A l'occasion, certaines femmes et certains hommes arborent leurs costumes anciens traditionnels, habits de dimanche et de ours de fête au siècle dernier et spécifique au village.

L'arrivée du Pain à l'église

Depuis quelques années malheureusement, le pain béni escorté par les pompiers passe au second plan derrière les costumes et le folklore. Les costumes anciens sortis pour l'occasion prennent le pas sur la procession et sur la cérémonie religieuse. Volonté de quelques uns, c'est une évolution désagréable d'une tradition locale.

Néanmoins, le 15 août reste une fête qui permet à de nombreux bramanais de se retrouver et pour les touristes de passage de découvrir les charmes des traditions des villages savoyards.