Histoire et traditions de Bramans, la fête du 15 août , le pain béni et les sapeurs pompiers en tenue du second empire

"Si j'étais paroissien de Bramans, je recueillerais avec amour, dans l'histoire locale, tout ce qui constitue et rappelle la vie de mes ancêtres"

Abbé Jean-Baptiste Jorcin (Curé de Bramans de 1931 à 1964)

 

[ Un peu d'histoire ] [ Dates importantes ] [Bobs] [14 Chapeaux] [Le passage d'Hannibal]

Un peu d'histoire...

L'étymologie du nom de Bramans est assez difficile à déterminer : on ne retrouve que des traces sur des manuscrits où il apparaît vers 1338 pour la plus ancienne, puis dans une liste des possessions de la Maison de Savoie qui mentionne parmi elles "Cinisius Minor" = le Petit Mont-Cenis, et "Bramovicum olim Metropolis" : Bramans autrefois Métropole, signifiant ainsi que par le passé Bramans a eu un rôle très important.


Bramans vers 1900

Bramans en 1950

Les premiers habitants de Bramans ne se sont pas établis dans le village actuel mais de préférence sur les hauts plateaux ou sur les flanc des coteaux pour ne pas avoir à craindre des ravages des torrents, ni de l'atmosphère malsaine des marécages formés par le recul des grands glaciers.

La nature marécageuse d'une partie de Bramans se retrouve dans l'appellation du hameau du Verney, en latin "Vernetum", lieu planté de Vernes qui aiment beaucoup l'humidité.

Les sommets de Bramans en particulier le hameau de St Pierre d'Extravache auraient été les premiers lieux habités de Bramans.

Quelques dates importantes...

2000 Avant J.-C.
Premières traces d'habitat permanent dans les alentours de Bramans (grotte de la Balme Sollières Envers) qui se révèlent au travers des trouvailles archéologiques : haches poliesen serpentine, gaine de hache, poteries diverses, vases,...

*

218 avant J.-C.
C'est à cette époque que selon certains historiens qu'ANNIBAL aurait franchi les Alpes par le Col Clapier pour aller combattre les romains avec son armée composée de 50 000 hommes de troupe, 9000 cavaliers, de bêtes de somme et de 37 éléphants sans compter le nombreux personnel chargé de l'intendance

*

Epoque romaine
Bramans comforte son rôle de commune de passage avec les travaux entrepris par les romains pour viabiliser les liaisons transalpines. On trouve le premier lieu de culte chrétien à St Pierre d'Extravache dès le Ier siècle après JC et la première église dès le IIème siècle.

*

Epoque carolingienne
Pépin le Bref, Charlemagne franchissent, à partir de Bramans, plusieurs fois les alpes pour aller combattre les lombards. Les hordes barbares (Burgondes, Huns, Sarrasins) défilent par la route de St Pierre d'Extravache jusqu'au XIIIè siécle.

*

1400 - 1650
La peste sévit à Bramans une première fois de 1472 à 1478, une deuxième fois de 1545 à 1598 avec des périodes de rémission et une troisième fois en 1630. Cette année là, on dénombre 100 victimes pour 704 habitants dans la commune. A cette époque, on trouve également un hôpital dans le village.

*

1690 - 1696
Occupation de Bramans par les troupes françaises (la Savoie est alors Sarde) pendant la guerre de Louis XiV contre le duc de Savoie Victor Amédée.

*

1789 -1795
En septembre 1792, les armées de la République envahissent la Savoie. Des combats violents ont lieu sur les sommets de Bramans entre les troupes françaises commandées par le général Sarret et les troupes sardes établies au Petit MontCenis

*

6 mai 1860
Annexion de la Savoie à la France

*

22 juin 1940
Après la déclaration de guerre de l'Italie à la France le 10 juin, les troupes italiennes entrent dans Bramans à la faveur d'une retraite stratégique des troupes françaises. S'en suivra l'occupation allemande à partir de septembre 1943 jusqu'à la "libération" du 14 septembre 1944. Les derniers foyers de résistances des troupes allemandes persisteront jusqu'aux terribles combats du Mont Froid en Avril 1945.

*

1957
Pendant 3 jours du mois de Mai 1957, des pluies tombent sans discontinuer. Il en résulte de graves inondations à Bramans ainsi que dans toute la Haute Maurienne.

*

1962-1968
Construction du barrage du Mont Cenis et des galleries souterraines à Bramans. Cette construction permet au village de se doter d'un réseau très envié de chemins forestiers.

*

Le bob à Bramans

Descente de bobs anciens sur la route menant au hameau du Planay : des courses avaient lieu sur cette route comme dans les autres villages de la vallée.

Les courses de bob étaient synonyme de fête du village et les journées se terminaient par des banquets suivis de bals avec l'election de "la Reine des Neiges" comme à Bramans lors des Championnats d'Europe de bobs sur route.

Les courses de Bobs à Bramans

La légende des 14 chapeaux

Le courrier de Modane au Mont-Cenis allait arriver en vue de Bramans lorsque soudain il aperçoit, étendu au travers du chemin, un homme paraissant inanimé. Il s'agissait d'un de ses compatriotes, un riche maquignon de Bramans. Parvenu au village du Verney, il déposa le blessé à l'hôtel du " Lion d'Or " et fit prévenir sa famille qui accourut en toute hâte bientôt suivie des carabiniers. Un brigadier tenta de savoir qui avait attaqué ce riche maquignon. Dans un souffle, ce dernier laissa tomber ces mots : " Les Grands Chapeaux ". Ici, le riche maquignon faisait allusion à une bande organisée terrorisant Bramans et ses environs.

Au nombre de 14, ils portaient invariablement un chapeau de feutre noir, espèce de sombrero aux larges bords apparus, qui leur cachait une partie du visage, d'où l'appellation " Les Grands Chapeaux ". Le maquignon mourut dans la soirée malgré tous les soins dont il fut entouré provocant le désarroi de la population et du Curé dont le sacristain avait été trouvé mort dans le clocher et auquel il avait donné un remplaçant provisoire qui s'était offert lui-même. Et tandis que le curé méditait et suppliait le Seigneur de mettre un terme à ce terrible fléau, voilà que l'on sonne à la porte. Un père capucin demandait à parler au curé, envoyé par ses supérieurs quêter en Maurienne et, surpris par la nuit, demandant l'hospitalité. Au cours du repas, la conversation tomba sur l'événement du jour : le meurtre du maquignon. Bien vite, le père capucin demanda au curé s'il ne craignait pas les attaques des brigands et fit le constat que le presbytère de Bramans était loin de toute habitation. Le curé faisait confiance en la providence ; d'après lui elle le garderait !

La conversation dérive, porte sur la région et plus particulièrement sur le splendide monolithe de Sardières, haut de 92 mètres. Le curé s'étonne alors, qu'en sa qualité de lettré, le père capucin ne sache pas que le monolithe est une pierre composé d'une seule pièce et est stupéfait de la prononciation usitée pour la désigner. L'angoisse le gagne alors. Elle s'intensifie quand il aperçoit le comportement agité de sa servante Jeanne, qui cherche à attirer son attention. En effet, elle s'est rendue compte en ramassant un couvert qui était tombé sous la table que le capucin ne portait pas des sandales ou des souliers mais, fait assez particulier, des bottes. Le curé se veut rassurant mais lui conseille de s'enfermer à double tours. Sous son air détendu, le curé est moins rassuré qu'il n'en paraît et s'empresse d'aller vérifier le signal d'alarme de la cure relié à la cloche du clocher, qu'il trouve, fait alarmant, sectionné. Il se rend dans sa chambre et se plonge dans la prière.

A minuit, alors que tout est calme, un personnage s'avance dans le corridor. Il ne porte pas la bure des capucins mais le fameux chapeau. Arrivé à la porte du curé, il l'ouvre, fait quelques pas dans l'alcôve et là enfonce de toutes ses forces un long poignard dans la poitrine... du mannequin que le curé avait mis à sa place. Au même moment deux mains vigoureuses s'abattent sur lui et lui serrent le cou comme dans un étau. Bien que son intention n'était pas de lui donner la mort, le curé, sous la tension nerveuse, lui brise les vertèbres. Soudain, surgit de la nuit, une voix se fait entendre sous la fenêtre. Il s'agit des acolytes du capucin demandant d'une voie pressante le cadavre du curé.

Sans hésitation, craignant encore pour sa vie, le curé roule dans un drap le corps inerte et le fait basculer par la fenêtre. Il entend alors s'éloigner leurs pas emportant le curé qui n'est autre que le capucin. Avec soulagement, le curé se jette sur son prie-Dieu et il passe le reste de la nuit. Fait étrange, jamais depuis cette nuit on ne revit le sacristain provisoire. En réalité c'était le faux capucin qui tenta de dévaliser le curé et enterré à sa place. C'était lui le chef des 14 chapeaux !

Le lendemain, les bandits furent stupéfaits en voyant le pasteur de la paroisse bien vivant. Ils en furent désemparés et effrayés. La disparition soudaine du sacristain fut un indice pour les carabiniers qui parvinrent peu à peu à capturer la bande entière.